Comment bien choisir son vin


Bien qu’un tiers des Canadiens boivent du vin, bon nombre d’entre nous – sans compter tous ceux qui n’en boivent pas – ignorent comment choisir un bon vin. À juste raison : non seulement il en existe une sélection infinie, mais pour beaucoup, la dégustation de vin semble un peu mystérieuse, voire prétentieuse.

 

Cependant, comme c’est le cas avec l’art, il s’agit moins de savoir ce qu’on devrait aimer que de cerner ce qu’on apprécie réellement.

 

Voici quelques astuces qui vous aideront à trouver un vin à votre goût.

 

Quelle saveur vous parle?

 

La saveur d’un vin dépend de son équilibre entre le sucré, l’acidité et l’amertume.

 

Le goût sucré vient de la quantité résiduelle de sucre qui résulte du processus de vinification. La plupart des nouveaux amateurs de vin préfèrent les saveurs sucrées. Les vins secs contiennent quant à eux peu de sucre. Plus longtemps le raisin fermente, plus le degré d’alcool augmente; et une forte teneur en alcool et en sucre donne de la douceur au vin. Si, par snobisme, certains n’ont d’yeux que pour le vin sec, ils risquent de passer à côté de superbes produits comme le riesling d’Allemagne, le tokaji aszù de Hongrie ou le vin de glace du nord de l’État de New York et du Canada.

 

Le goût acide, pour sa part, vient du degré d’acidité du vin. Une grande acidité n’est pas une mauvaise chose : celle du chablis, lequel est produit à partir du cépage chardonnay en Haute Bourgogne, lui donne une vivacité et une fraîcheur que les amateurs apprécient. L’acidité sert aussi à contrebalancer le sucre du vin. D’ailleurs, s’il contient peu d’acidité, un vin sucré est considéré comme « mou » ou « plat », et inversement.

 

L’amertume d’un vin est due à la quantité de tanins, dont le goût amer est naturellement présent dans les pépins et la peau des raisins. La plupart des vins blancs sont peu tanniques, étant donné que le raisin blanc contient peu de tanins. Le vin rosé peut en contenir plus, selon la durée de macération du jus de raisin avec la peau. Le vin rouge, qui tient sa couleur de la peau des raisins, est généralement plus tannique. Les tanins contribuent à préserver le vin et s’arrondissent avec l’âge. Néanmoins, tous les vins rouges n’ont pas une haute teneur en tanins. Le barbera, le pinot noir et le gamay, par exemple, en contiennent peu.

 

Un vin dit « léger » a peu de tanins; il est donc peu amer, mais un peu plus acide. Bien que la perspective d’un vin « corsé » puisse être attrayante, ce genre de vin est habituellement plus alcoolisé. Il peut donc être préférable de commencer avec un vin plus léger, comme le pinot grigio ou le sauvignon blanc. Il en va de même pour le vin rouge.

 

Gardez en tête qu’un même cépage, par exemple le sauvignon blanc, peut être cultivé dans différents endroits, ce qui peut donner des différences de goûts plus ou moins subtiles. Effectivement, bien des éléments peuvent influencer le goût du vin – que ce soit le type de sol dans lequel la vigne est cultivée, l’exposition solaire et les précipitations au cours d’une année ou le climat général d’une région.

 

Suivez votre flair

 

Le nez peut percevoir des milliers de parfums et aider la langue (ou le palais) à interpréter les saveurs. Faites tournoyer légèrement le vin dans la coupe pour l’aérer, penchez celle-ci en direction de votre nez et humez doucement le vin. Puis, goûtez-le. Plus vous sentirez d’arômes, plus vous apprécierez votre vin.

 

L’accordez-vous avec un mets?

 

Vous avez probablement déjà entendu dire que le vin blanc s’accorde avec le poisson ou le poulet et que le vin rouge s’accorde avec le bœuf ou les autres viandes rouges. C’est une bonne règle générale, mais il faut également prendre en compte la consistance du plat servi. Par exemple, si le plat principal est une salade légère, il est bon de l’accorder avec un vin léger. Si en revanche il s’agit de quelque chose de plus lourd, comme un ragoût ou une cocotte, mieux vaut choisir un vin corsé.

 

Portez attention au texte de l’étiquette plutôt qu’à son apparence

 

Les vignerons dépensent beaucoup d’argent sur de jolies étiquettes pour promouvoir l’image de marque de leurs vins, mais c’est ce qui y est écrit qui compte – voilà qui vous aidera à repérer quel genre de vin vous appréciez réellement. Par exemple, vérifiez de quel pays et de quelle région provient le vin, qui l’a produit, quel est son cépage (sauvignon blanc, chardonnay, pinot noir, shiraz ou syrah, merlot, malbec, etc.) et s’il contient des sulfites, car ces derniers peuvent causer des maux de tête chez certaines personnes.

 

Mais est-ce que c’est bon?

 

N’écoutez pas les « connaisseurs de vins » à la table. Tirez vos propres conclusions. Si vous aimez l’arôme et les saveurs d’un vin, et que ces dernières s’attardent sur votre palais, alors c’est un bon vin, peu importe son prix.

 

Vous aimeriez en connaître plus sur les vins et savoir comment les choisir? Vous pouvez commencer ici et ici et, en anglais, ici et ici.

 

N’oubliez pas de faire part de vos vins préférés et de vos astuces de sélection à la communauté du blogue Mieux-vivre!

 

 

Le saviez-vous?

 

Ce n’est pas du champagne

 

On a tendance à appeler tous les vins blancs mousseux du champagne, mais le vrai champagne est en fait exclusivement produit dans une région de France appelée Champagne. Le prosecco est un vin mousseux d’Italie, et le cava vient d’Espagne. Il existe d’excellents vins mousseux de partout dans le monde, et ils sont généralement plus abordables que le champagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.