Un avenir sans viande


Les produits dérivés des animaux, comme la viande ou les produits laitiers, sont responsables de 18 % des gaz à effets de serre (en anglais), soit autant que les émissions annuelles des voitures, des camions, des avions et des bateaux combinés. En d’autres termes, plus nous consommons de viande et de produits laitiers, pires sont les conséquences sur les changements climatiques.

 

Afin d’atteindre les objectifs d’émission mondiale de gaz à effet de serre en 2050, les pays riches doivent réduire de 40 % leur consommation de bœuf, d’agneau et de produits laitiers. Les amoureux de la viande devront dès lors se tourner vers d’autres aliments pour que nous ayons encore un quelconque espoir de sauver notre mode de vie sur cette planète.

 

Nous ne disons pas que vous devez complètement cesser de consommer de la viande et des produits laitiers. Il y a simplement des façons d’en consommer moins :

 

Les haricots, plus vous mangez, plus vous… : Oublions les conséquences bruyantes de ces légumes copieux. Les haricots de Lima et les pois chiches, les lentilles et les flageolets, sans oublier tous les autres types de haricots, sont d’excellents substituts dans des plats comme le chili, les tacos et les ragoûts. Par exemple, vous pouvez dans de nombreuses recettes remplacer une livre de viande par deux tasses de lentilles cuites et égouttées, et remplacer le poulet ou la dinde par des pois chiches. Voici quelques suggestions ici (en français) et ici (en anglais).

 

Les viandes à base de plante : Force est de constater que les burgers, boulettes, saucisses et pépites de « poulet » à base de plantes connaissent une popularité grandissante. Difficile de faire la différence avec la viande véritable! Ces nouveaux produits apaisent nos envies de viande et nous permettent de sauver la planète. Néanmoins, il faut garder à l’esprit qu’ils ont une forte teneur en sel, en matières grasses saturées et en sucre, et contiennent des allergènes potentiels, tels que le soya, le blé et les noix.

 

Sans lait? Produire du lait signifie bien sûr élever des vaches et augmenter les gaz à effet de serre. Heureusement, les humains et leur esprit ingénieux ont trouvé une demi-douzaine de laits de remplacement (ici en anglais et ici en français) qui ne sont pas d’origine animale, dont les laits de soya et d’avoine, et qui sont moins nocifs pour notre environnement.

 

Les lundis sans viande : Ce mouvement mondial encourage les gens à réduire leur consommation de viande de manière directe : un jour par semaine, éviter simplement toute sorte de viande et de produits laitiers, et consommer davantage de fruits, de légumes et de plats à base de plantes. Nous ne pouvons atteindre seuls notre objectif de changement climatique. En revanche, si d’un commun effort nous arrêtons une journée par semaine de manger de la viande, nous en consommerons 14 % de moins. Et surtout, peut-être que cette initiative augmentera la sensibilisation quant à notre surconsommation de viande et incitera nombre d’entre nous à en manger moins le reste de la semaine aussi.

 

Que pensez-vous de l’idée de réduire notre consommation de viande? L’avez-vous déjà fait? N’hésitez pas à partager vos conseils et vos suggestions avec la communauté du blogue Mieux-vivre.

 

Le saviez-vous? Les céréales

 

Nous sommes nombreux à associer céréales et glucides. En fait, plusieurs céréales ont une haute teneur en protéines. Si le quinoa est sans doute l’exemple le plus connu, l’orge, le sarrasin, le riz sauvage, le blé et le seigle ont tous des teneurs en protéines bénéfiques pour la santé (source en anglais).

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.